Tribune

Chine et intelligence artificielle : investissement, stratégie et surveillance

La stratégie de domination technologique de la Chine passe par l’intelligence artificielle et repose sur des armées d’experts, des montagnes de données, 1000 milliards de dollars et la montée en puissance de champions nationaux.

Dès 2017, le gouvernement a publié son plan de développement de l'intelligence artificielle, qui s’intègre dans un plan économique global " Made in China 2025 ", liée notamment à la nouvelle route de la soie (numérique).

Avec ces plans, l’objectif de la Chine est de devenir « la » plus grande puissance économique du monde, pierre angulaire de sa puissance politique, mais aussi militaire.

La technologie, permet la puissance économique, qui permet de disposer d’un appareil de production suffisamment puissant pour produire l’équipement militaire d’une super puissance.

Intelligence artificielle pour la défense des intérêts chinois

L'Intelligence Artificielle joue un rôle essentiel dans ce domaine.

L'IA vise à faire passer l’ensemble de l’industrie chinoise dans une nouvelle ère d'ici 2025. L'Intelligence Artificielle produira, sur le papier, des biens et contrôlera les entreprises, tout en assurant la correspondance entre l'offre et la demande.

Mais permettra de réaliser un autre type de correspondance : celui du comportement des citoyens chinois avec les desiderata du partie communiste, grâce au système de crédit social, un système de surveillance généralisée.

Intelligence artificielle: stratégie centrale - mise en œuvre locale

La Chine poursuit une stratégie contrôlée centralement avec une mise en œuvre hyperlocale. Les valeurs et les objectifs sont fixés en haut, et les ressources sont mises à disposition en bas.

La stratégie d’intelligence artificielle est définie par le gouvernement central de Pékin.

Elle est affinée par les gouvernements des régions.

Ensuite, au niveau local, les agglomérations, les villes, les provinces, sont mises en compétition pour créer des projets d’IA.

L’état (central et régional) coordonne la création d’ecosystèmes de chercheurs, d’investisseurs et d’entreprise, spécialisés dans l’intelligence artificielle.

La mise en œuvre de la stratégie nationale varie beaucoup d'une région à l'autre. Alors que des villes comme Tianjin et Shanghai ont déjà lancé des fonds de capital-risque de plusieurs milliards de dollars pour les villes en matière d'IA et ont fait construire des quartiers et des îles entières pour les nouvelles entreprises d'IA, d'autres provinces en sont au début de leur plan IA.

L'Etat exige et encourage l'intelligence artificielle

Les jeunes entreprises bénéficient également, si elles le souhaitent, d'avantages fiscaux, de contrats gouvernementaux et de bureaux dans les clusters d'IA.

Parallèlement, le gouvernement chinois travaille en étroite collaboration avec des entreprises numériques bien établies comme Baidu, Alibaba et Tencent. Les orientations stratégiques sont accompagnées par le gouvernement central, la collecte et l'échange de données au sein des entreprises est encouragée

Résultat : un secteur chinois de l’intelligence artificielle en plein boom, mais avec des lacunes

En conséquence, la Chine possède le plus grand marché de capitaux pour les start-ups d'IA.

La Chine est le pays qui publie maintenant le plus grand nombre d'articles de recherche sur l'IA.

La Chine a mis en place une législation très « data friendly »  et forme le plus grand nombre d’ingénieurs en intelligence artificielle.

Mais en même temps, la Chine manque de diversité, de créativité et de partenaires. Pour cette raison, plusieurs agences ont reçu un mandat du gouvernement pour attirer les talents d'Europe et pour établir des relations avec des partenaires européens. 

Question cruciale : qu’a l’Europe à gagner dans une collaboration avec la Chine ? Quand on voit à quelle vitesse la Chine a récupérer l’ensemble des technologies clés pour devenir en moins de 15 ans concurrent direct de ses fournisseurs d’hier, on peut douter du retour sur investissement d’un partenariat avec la Chine dans le domaine de l’intelligence artificielle, qui ne servirait sans doute à la Chine qu’à aspirer les technologies qui lui manquent, collecter les données en imposant son système de crédit social et en rachetant les pépites pour acquérir un position de leader dans tous les champs d’applications de l’IA.

Crédit Social Chinois : la surveillance de masse

Un exemple incroyable d’application concrète de l'intelligence artificielle en Chine est le Social Score ou Crédit Social.

Il repose sur le concept contrôler et de gérer une société – avec une collaboration homme-machine au lieu de s’appuyer uniquement sur la police, l’armée et le partie communiste.

Chaque pays a des lois, des normes culturelles, une morale sociale et des accords sociaux. La police, les tribunaux, les politiciens, les administrations, les médias et les citoyens sont impliqués dans un dialogue constant ; il détermine ce que nous définissons comme bien ou mal.

En Chine, cette tâche a été en partie prise en charge par une machine.

En réalité, une machine contrôlée par des hommes, eux-mêmes au service d’un gouvernement, lui-même sous l’égide d’un parti unique.

La Chine a donc inventé un nouveau concept : le parti politique augmenté.

Ce parti demande à la machine d’appliquer ce qu’il définit comme correct, incorrect, souhaitable et à éviter du point de vue social, politique, économique et même, probablement personnel.

Le Crédit social est un système qui collecte toutes sortes de données sur les citoyens et les entreprises, trie, analyse, évalue, interprète et met en œuvre des actions (suggérées par l'homme) sur la base de ces données.

Concrètement, cela signifie que si vous attendez à un feu rouge, vous obtenez des points positifs. Si vous payez vos impôts et vos factures à temps, vous obtenez des points supplémentaires. Si vous vous impliquez socialement et que vous acceptez les règles, vous obtenez également des points positifs.

Si vous avez un bon score social, vous obtenez des avantages non sollicités pour votre comportement social. Cela comprend, par exemple, un traitement plus rapide des demandes de visa et une plus grande liberté de voyager. Lors d'une rencontre en ligne, les algorithmes donnent une priorité plus élevée au propre profil. Les banques offrent des taux d'intérêt plus bas pour les prêts d'entreprise ou les achats immobiliers privés. Les personnes ayant un Crédit social élevé sont promues plus rapidement et obtiennent de meilleures offres d'emploi.

Cependant, les personnes qui deviennent rouges, coupent quelqu'un en conduisant, crachent dans la rue ou collent leur chewing-gum sous leur siège obtiennent des points en moins.

Celui qui critique l'Etat dans les médias sociaux ou qui paie ses factures trop tard reçoit également des points en moins.

Un mauvais score social réduit donc la probabilité de se reproduire, de gagner de l'argent ou de quitter le pays.

Rien de tout cela n'est un extrait du roman de George Orwell, 1984 ou de Black Mirror, mais de la réalité déjà vécue aujourd'hui dans certaines régions de Chine.

Au-delà de l’irrespect quasi institutionnalisé de la vie privée, le Crédit social soulève de nombreuses questions qui sont directement liés à certains débats du monde occidental sur l’intelligence artificielle.

  • Qui surveille le score, qui importe les données et qui forme le système ?
  • Comment les débats éthiques et le consensus moral d'une société sont-ils intégrés ?
  • Quelles sont les autorités étatiques et civiles qui surveillent le système pour prévenir la manipulation, les préjugés et les abus de pouvoir ?
  • Existe-t-il un moyen légal de décider au cas par cas de vérifier son propre score ?
  • Quelles sont les données recueillies ? Qui y a accès ?
  • Comment la vie privée des citoyens et des entreprises est-elle assurée ?
  • Seuls les citoyens chinois sont-ils surveillés ou toutes les personnes se trouvant sur le territoire chinois ?
  • Le gouvernement recueille-t-il également des données sur les Chinois à l'étranger ?

Comment puis-je consulter mon compte crédit social ?

La collecte de données et la mise en place de systèmes administratifs pour assurer la protection, la liberté et la sécurité de toutes les personnes concernées est un outil légitime pour les Etats. Cependant, à mesure que la surveillance s'accroît, la vie privée doit être respectée tant que le bien-être de la société n'est pas affecté.

Les guerres de l'intelligence artificielle arrivent

Si la Chine devient effectivement un géant de l’intelligence artificielle, comment les autres grandes puissances peuvent-elles se positionner ?

Les États-Unis ont déjà inscrit certaines entreprises chinoises d'IA sur une liste noire. En même temps, l'exportation de logiciels américains d'IA vers la Chine a été restreinte, voir interdite.

Sous la direction de la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, l'Europe va tenter de plus en plus de réglementer et de contrôler l'IA.

Alors que les Etats-Unis parient sur la confrontation, l'Europe prend le chemin de l'intégration.

Mais de nombreux petits pays sont maintenant dépendants des capitaux chinois ou ont un marché unique numérique non réglementé. La Chine va étendre son influence le long de la Route de la Soie numérique avec l'aide du capital et des logiciels d'IA.

Les USA entreront en conflit direct avec l’IA chinoise, tandis que les européens essaieront de contrôler l'IA chinoise, mais seulement à l'intérieur de leurs propres frontières numériques.

Organisme de formation

CPF, Pole Emploi, Plan de formation   OF N°11755165975 - 17 rue etex, Paris

Recevez des exclus !

Abonnez-vous et recevez des infos en exclu

24pm academy
17 rue etex 75018 Paris
O6 62 55 OO 1O

Search